Paysages

America 2012

America 2014

Canada 2016

America

Europa

Test

Canada 2016 - La boucle est bouclée

14 et 15 octobre 2016Coucou, c'est nous ... encore une fois, mais ce sera tout.

Deux jours de voyage pour revenir des Rocheuses sur le Pacifique, on pourrait dire qu'on a pris son temps. Et bien, on n'a pas tant musardé que cela. Mais on était très fiers d'avoir pu emprunter la TransCanadienne du Nord (N°16), la célèbre (si si si) Yellowhead. Ce n'était pas le même trajet qu'à l'aller, mais pour rejoindre la TransCanadienne classique, la N°1, il aurait fallu emprunter les 230 km de l'Icefields Parkway, qui ne méritait pas son nom de "Promenade" des Glaciers par ce temps de chien (de traineau).

Nous voilà partis à traverser 200 km de pays sans voie de traverse, sans ville ni village. Les premiers kilomètres depuis Jasper, dans une tempête de neige sur une route non déblayée, ça fait baisser un peu la moyenne. On roule à 50, certains autochtones vont plus vite, surtout les camions. Au bout de 50 km, la neige ne tombe plus, on longe un chapelet de petits lacs tout noirs. La route est une pataugeoire de neige fondue sale. Surtout, ne pas freiner ... Même pour notre pilote lorrain, ça patine joli. Les sapins enneigés dévalent les collines jusques à l'horizon. Les sommets des montagnes se cachent dans les nuages. On longe maintenant une rivière, les berges sont blanches, mais l'eau ne gèle pas.

 


Un grand lac sur notre gauche, une dizaine d'oiseaux y sont posés. L'eau du lac est verte, le ciel est plus lumineux. Brusquement, plus de neige, nulle part. Les sapins sont tout verts et n'ont pas connu la neige depuis l'hiver passé. Nous sommes dans le Parc National du Mont Robson, tout est fermé, tout est désert. On roule depuis 2 heures et on est revenu en Colombie Britannique. Des bouleaux rouquins s'intercalent avec les sapins. La forêt devient plus colorée, et la température passe au-dessus du zéro. On traverse la rivière Fraser et à Valemount, on quitte la Yellowhead pour s'embrancher plein sud vers  Kamloops qui sera notre étape du soir. On voit enfin les montagnes, le ciel bleu se fait moins rare, les champs remplacent les forêts. Quelques fermes et troupeaux de vaches entre Avona et Clearwater. La route est à nous, presque sèche, au fond d'une large vallée. Kamloops ... une agglomération de bonne taille, avec un vrai centre-ville (je veux dire avec des immeubles à étage), beaucoup d'activités, de commerces, d'écoles et de pollution. On a rejoint la Transcanadienne, l'authentique, la N°1.

 


Le 15 octobre, un beau soleil et une jolie lumière du matin, rasante, éclaire les collines dénudées brunes et jaunes qui bordent le lac de Kamloops. Un élevage de porcs, au fond d'un repli de terrain : l'explication de ce qui nous parfume les naseaux depuis 10 bonnes minutes. A Cache Creek, la station-service fait presque salon de thé. Trois vieilles dames bavardent avec la patronne, achètent des sucreries, commentent les nouvelles du village, grattent des tickets de loterie et boivent du chocolat chaud. On a tout le temps de s'imprègner ce moment de vie locale, car il faut attendre qu'elles en aient terminé pour accéder au droit de payer le carburant. C'est sympa, même si je ne comprends pas tout.

On descend la rivière Thomson, issue du lac de Kamloops, la vallée est encaissée, avec quelques rapides entre de gros rochers noirs. Les pentes raides portent parfois la trace d'incendies anciens, striées par les grands troncs noirs couchés des sapins brûlés qui n'ont pas repoussé. Les roches brunes, noires et rousses sont par endroits éclairées par des feuillus en buisson qui ont pris les couleurs de l'automne.

 


 Hope est à 200 km, c'est la capitale mondiale de la sculpture sur bois à la tronçonneuse. Et il y en a quelques unes à découvrir, disséminées dans la petite ville.

 

   
   
   


La fin du parcours nous reconnecte un peu brutalement avec la civilisation : autoroutes congestionnées, ruses pour éviter les embouteillages, banlieues industrielles,  samedis près des centres commerciaux, tout est là pour nous aider à remettre les pieds sur terre. Nous sommes déjà presque de retour.

 

 

That's really all, folks. Nous sommes arrivés au bout de la route. A bientôt !  Kat et Cissou




Index |Info | Imprimer | PDF | Permalien